LA SEQUENCE DE L’OURS

Il faut au préalable rappeler que la célébration , (spécifique à chacune des agglomérations bien que comparables entre elles) de la Fête de l’Ours, a conduit les trois Communes du Haut Vallespir concernées, (Arles sur Tech, Saint Laurent de Cerdans et Prats de Mollo-la Preste) à, dans un premier temps, se concerter pour fêter successivement mais toujours annuellement pour chacune cet évènement ( ce qui donne lieu à la cérémonie de passation symbolique de « la patte de l’Ours »  voir ci-contre ARCHIVES le 7/2/2015 ). Et qu’ensuite elles ont constitué une candidature commune auprès de l’Unesco pour une inscription au patrimoine mondial (depuis 2014 les 3 fêtes figurent à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel en France 6 – voir l’article ci-dessous du 15/12 2015).

Quant aux phases successives de cette Diada de l’Os (Journée de l’Ours) à Prats de Mollo, elles ont été comme il suit et succinctement présentées ,dans le cadre d’une exposition, par un ethnologue, J.L.Vaills, qui rappelle que « dans la tradition populaire, l’ours sort de sa caverne tous les 2 Février pour inspecter le temps et apprécier l’arrivée prochaine ou tardive du printemps », ajoutant que « les légendes locales le présentent comme un ravisseur de jeunes bergères, qu’il rend souvent mères » et que, « pour ces méfaits il est traqué et abattu »

*Le Préambule

Au début d’après-midi, « tout commence à l’écart du village, dans les douves du Fort Lagarde » – qui surplombe la Cité-, « où les acteurs » (ours, chasseurs, barbiers) « consomment d’abord viandes grillées et force vin. A la fin du repas, deux ou trois  anciens procèdent à l’habillage des ours, sur lesquels ils cousent une longue tunique en peau de mouton », posent « un haut couvre-chef » et « pour compléter la panoplie, leur remettent un long bâton »

Ensuite, « pour les masquer », leur sera appliqué « un mélange à base de suie et d’huile » leur « noircissant  visage, mains et avant-bras, seules parties visibles du corps »

l’habillage de l’Ours au Fort Lagarde