DES TEMPS DE LIESSE

1

Pendant 3 jours, précédés eux-mêmes d’intenses préparatifs, la paisible Cité de Prats a connu d’intenses moments d’allegresse, partagés entre ses habitants et d’innombrables visiteurs, accourus, sous un soleil radieux, revoir les fêtes traditionnelles de la Chandeleur et des temps carnavalesques (s’agissant de 2015, cf : Archives FEV .?) ou les découvrir, avec bonheur.

Pour une première approche de cette dense séquence d’épisodes festifs, voici un extrait de l’affiche du déroulement des seuls évènements exclusivement liés aux deux thèmes majeurs l’Ours et le Carnaval, concentrés sur le dimanche et le lundi, les autres moments de chacune de ces journées étant meublés de bien d’autres divertissements ( l’Ours et le Carnaval des Juniors, musique et danses, et cobles catalanes, sardanes et contrapàs, dégustations de spécialités locales , bals »modernes », projections, débats, etc )

Dimanche 21 Février : Fête de l’Ours » :10h30 : « passation de la patte de l’Ours » (entre Municipalités associées) -« 14h30 :grande chasse à l’Ours dans les rues de la ville »-16h30 : « capture, rasage et fraternisation sur le Foiral « /Lundi 22 Février : (suite à l’arrivée la veille de sa Majesté Carnaval ) : 10h00 : « Mascarade » des enfants  -15h00   :défilé costumé et dansé de l’Encadenat » – Corrida sur le Foiral – « Ball de la Posta » -00h00 : danse scandée du « Tio-tio »- 01h30 : défilé de « l’Echelle » -04h00 : incinération de sa Majesté Carnaval sur le Foiral.

Mais dans les faits ?

la tête du défilé à la rencontre de SM Carnaval

la tête du défilé à la rencontre de SM Carnaval

 un ours en alerte ( (Photos JF. Pompidor )

un ours en alerte (Photos JF. Pompidor )

LA SEQUENCE DE L’OURS

Il faut au préalable rappeler que la célébration , (spécifique à chacune des agglomérations bien que comparables entre elles) de la Fête de l’Ours, a conduit les trois Communes du Haut Vallespir concernées, (Arles sur Tech, Saint Laurent de Cerdans et Prats de Mollo-la Preste) à, dans un premier temps, se concerter pour fêter successivement mais toujours annuellement pour chacune cet évènement ( ce qui donne lieu à la cérémonie de passation symbolique de « la patte de l’Ours »  voir ci-contre ARCHIVES le 7/2/2015 ). Et qu’ensuite elles ont constitué une candidature commune auprès de l’Unesco pour une inscription au patrimoine mondial (depuis 2014 les 3 fêtes figurent à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel en France 6 – voir l’article ci-dessous du 15/12 2015).

Quant aux phases successives de cette Diada de l’Os (Journée de l’Ours) à Prats de Mollo, elles ont été comme il suit et succinctement présentées ,dans le cadre d’une exposition, par un ethnologue, J.L.Vaills, qui rappelle que « dans la tradition populaire, l’ours sort de sa caverne tous les 2 Février pour inspecter le temps et apprécier l’arrivée prochaine ou tardive du printemps », ajoutant que « les légendes locales le présentent comme un ravisseur de jeunes bergères, qu’il rend souvent mères » et que, « pour ces méfaits il est traqué et abattu »

*Le Préambule

Au début d’après-midi, « tout commence à l’écart du village, dans les douves du Fort Lagarde » – qui surplombe la Cité-, « où les acteurs » (ours, chasseurs, barbiers) « consomment d’abord viandes grillées et force vin. A la fin du repas, deux ou trois  anciens procèdent à l’habillage des ours, sur lesquels ils cousent une longue tunique en peau de mouton », posent « un haut couvre-chef » et « pour compléter la panoplie, leur remettent un long bâton »

Ensuite, « pour les masquer », leur sera appliqué « un mélange à base de suie et d’huile » leur « noircissant  visage, mains et avant-bras, seules parties visibles du corps »

l’habillage de l’Ours au Fort Lagarde

L’Entrée en scène

La description de notre ethnologue se poursuit ainsi : « l’irruption dans les rues de la Ville Haute et sur la Place du Foiral inaugure la période la plus longue et la plus mouvementée : poursuivant leurs proies, les étreignant, les couchant au sol pour leur barbouiller généreusement le visage à la suie, les ours dirigeront leurs assauts d’abord contre les filles, puis conte les autres membres appartenant ou nom à la communauté »

Mais le public peut aussi les défier, déclenchant aussitôt l’impressionnante « danse de l’0urs », ainsi couramment décrite : le provocateur se présente face à l’Ours, les bras tendus en avant- l’Ours fait tournoyer son bâton et le lui lance – ce partenaire occasionnel, mais bien téméraire, l’attrape et le fait lui-même virevolter, avant de le lui renvoyer, le tout à plusieurs reprises – enfin l’Ours, projetant la barre un peu de côté en profite pour se précipiter sur son vis- à –vis et le rouler par terre , tout en le mâchurant.

paniquez, braves gens..

Le Dénouement

Notre observateur continue « …les chasseurs cèdent la place aux barbiers. Au terme d’échanges physiques assez violents avec les ours qui refusent la capture, les barbiers enchaînent les plantigrades, pour les conduire, au son de la cobla, sur l’air du « balll de l’os » vers la place publique. Là, assis de force sur une chaise, les ours seront rasés à la hache : aussitôt dépourvus de leur pilosité symbolique, ils se lèveront et se dépouilleront de leur peau et coiffe ».

« La fête se terminera sur le « ball de còrrer » (autre danse), qui rassemblera tous les protagonistes : chasseurs, barbiers et ours, en signe de fraternisation »

une première prise …

LA SEQUENCE de la CAVALCADE

C’est en trois étapes que se divise la longue et riche journée suivante, pleine d’évènements variés, avec une participation toujours aussi abondante et encore plus réjouie, de la population et des visiteurs, l’accompagnement musical de circonstance de la « cobla,  et le même soleil radieux….

(pour une présentation plus développée de chacune de ces phases rituelles, voir ci-contre ARCHIVES Févier 2015)

LE MATIN
l’arrivée de Sa Majesté se prépare (un rugbyman cette année)

l’arrivée de Sa Majesté se prépare
(un rugbyman cette année)

la « Mascarade » des enfants

la « Mascarade » des enfants

L’APRES MIDI
le défilé « croisé »

 

LA NUIT
l’Echelle

UNE NOUVELLE ET HEUREUSE COINTRIBUTION A L’HISTOIRE DE PRATS de MOLLO LA PRESTE

Un passé chaque jour plus familier à Prats de Mollo

Dans la droite ligne de la mission qu’il s’est fixée , à savoir « la récupération de nos racines», et -en phase totale avec celle de l’association de sauvegarde du Patrimoine, « Velles Pedres i Arrels »- , Jordi Colomer, ancien professeur d’Histoire, vient d’éditer un nouvel ouvrage sur sa cité natale, Prats de Mollo, qui fait suite , de 2011 à 2013, au « Château de Perella », puis à « De la ville royale catalane à la ville de garnison française, enfin à « La place militaire du Haut Vallespir » , sans parler de ses articles aux thèmes variés parus dans le revue Costabona, traitant par exemple de la pêche sur le Tech au XV° siècle que de l’histoire sur sept siècles d’un hameau et d’un mas de la commune. Dans la présente publication, « la Mémoire des Maisons, Mille ans d’Histoire », l’auteur s’est attaché, à partir des actes dits « capbreus », à retrouver, « depuis des temps immémoriaux », les propriétaires de chaque maison de la ville et du Faubourg, leur généalogie, leur métier, les biens qu’ils possédaient, tout en rappelant à l’occasion l’historique de certains sites, événements ou aspects méconnus de la cité et de ses environs. C’est avec plaisir que chacun, Pratéen de souche ou de cœur, ou curieux de son passé, retirera de cette lecture, à travers l’histoire de chaque demeure et de ses occupants successifs, une vision vivante et pittoresque de la dynamique citée qu’a été cette millénaire « porte du Vallespir »

le nouvel ouvrage de Georges Colomer

le nouvel ouvrage de Georges Colomer

l’auteur (à droite) au Salon du Livre à Prats

l’auteur (à droite) au Salon du Livre à Prats